C'est Peu Dire

  • : Les Restes du Banquet
  • : LA PHRASE DU JOUR. Une "minime" quotidienne, modestement absurde, délibérément aléatoire, conceptuellement festive. Depuis octobre 2007
  • Contact

Et Moi

  • ARNO
  • Philosophe inquiet, poète infidèle, chercheur en écritures. 55°3 E 21°5 S.

Un Reste À Retrouver

5 août 2016 5 05 /08 /août /2016 02:14

Zut alors, je voulais écrire un poème – c’était une belle idée – sur une fillette (elle aurait été en train de cueillir des coquelicots sauvages, par exemple, pour sa grand-mère, malade, ou mourante, ou les deux) mais mon dictionnaire de rimes me donnait ‘andouillette’, ‘coquillette’ (et elle se serait fait écraser par un tracteur, ou pas, peut-être conduit par le voisin de la grand-mère, célibataire et sans doute alcoolique), ‘grassouillette’ et ‘mouillette’ ; avec ça, trop de risques de contresens (ou peut-être qu’il l’aurait violée sur un lit de coquelicots). J’ai bien pensé à construire la rime sur ‘coquelicot’ mais là j’ai trouvé ‘asticot’, ‘chicot’, ‘dico’ (très drôle), ‘bourricot’, ‘Nico’ (au fait Nico, pense à me rapporter mon marteau, j’ai du bricolage à faire) et ‘haricot’ (remarque elle aurait pu être allée aux champignons – ça rimait avec ‘Avignon’, ‘bourguignon’, ‘mignon’, c’était bien tout ça, et aucune nécessité de parler de ‘troufignon’ – mais je ne m’y connais pas assez). Bien sûr, j’aurais pu prendre ‘grand-mère’, il y avait 'biopolymère', 'stéréo-isomère', (ou elle aurait pu être armée, disons, le fusil de chasse du grand-père mort l’année précédente, de vieillesse, eh oui, tout le monde ne meurt pas écrasé par un tracteur quand même !) 'concatémère' et puis 'blastomère' ou 'Saint-Nicolas-de-Sommaire' (ou avoir un sécateur, ça c’était vraiment plausible, et un coup de sécateur dans l’aorte ça peut faire de très gros dégâts) et même 'député-maire' ou 'pisse-mémère' – et là, on restait dans le champ sémantique du coquelicot – mais quand même, ça aurait manqué de style pour un poème sur une fillette qui se devait d'être délicat.

Donc, désolé, pas de poème aujourd’hui, je vais tondre la pelouse.

Partager cet article

commentaires

Christine 05/08/2016 21:20

Délicieux, j'adore votre champ sémantatique !

Arno 06/08/2016 06:06

Merci. C'est mon côté rural refoulé.

Ann 05/08/2016 12:56

Tant pis pour la poésie, tant mieux pour la pelouse et pour nous ;)