C'est Peu Dire

  • : Les Restes du Banquet
  • : LA PHRASE DU JOUR. Une "minime" quotidienne, modestement absurde, délibérément aléatoire, conceptuellement festive. Depuis octobre 2007
  • Contact

Et Moi

  • ARNO
  • Philosophe inquiet, poète infidèle, chercheur en écritures. 55°3 E 21°5 S.

Un Reste À Retrouver

  • Pour la mort (31/01/2016)
    Je me permets de conseiller à quiconque aurait programmé une mort prochaine et spectaculaire d’attendre un peu : les rockers et gens de cinéma trustent ce début 2016, et ils sont plutôt voyants. À ce propos je voudrais saluer la longévité de certaines...
  • Pour la vie (30/01/2016)
    Je ne comprends pas bien cette obsession des hommes politiques à écrire. Voit-on les poètes lancer le marteau ou les philosophes vendre des Airbus ? L’idée serait-elle que n’importe qui peut écrire ?
  • Eia pour le Kaïlcédrat royal ! (29/01/2016)
    Salut à Christiane Taubira. Merci de nous avoir fait relire Léon-Gontran Damas et Aimé Césaire. Nar trouv’. « Eia pour le Kaïlcédrat royal ! Eia pour ceux qui n’ont jamais rien inventé pour ceux qui n'ont jamais rien exploré pour ceux qui n'ont jamais...
  • Point de fuite (28/01/2016)
    Par l’horizon, le paysage fuit et échappe à la voracité de ceux qui auraient des vues sur lui.
  • C’est mort (27/01/2016)
    Les citations, souvent élégantes et dignes mais toujours orphelines, forcent le respect et invitent au silence comme les processions mortuaires.
  • Le tiret (26/01/2016)
    – Hé, toi ! – Qui ça, moi ? – Ben oui toi, crétin, tu vois quelqu’un d’autre sur la page ? – Non mais… – Alors. Justement, qu’est-ce que tu fais là, toi ? – Bé… – Réponds. T’as pas appris à faire des phrases. Tu sais, sujet, verbe, complément. Qu’est-ce...
  • Loin (25/01/2016)
    Lance loin ton regard et salue sans honte l’horizon. Ne déshonore pas tes pieds.
  • La pharmacienne (24/01/2016)
    Osez-vous ! [Quand même, cette histoire de pharmacienne, on ne peut pas en rester là. Tenez, imaginons que Charles Bovary soit une femme – on l’appellera Charlotte – ajoutons qu’il est lesbienne et pharmacienne de son métier. Bien. Charlotte rencontre...
  • Pater tou logou (23/01/2016)
    On sous-estime le travail d’écriture : il ne suffit pas d’accoucher, il faut aussi nourrir et élever.
  • Soyons précis (22/01/2016)
    … et comment appelle-t-on la femme d’une pharmacienne ? [Rien sur ma boulangère, en congé pour trois semaines.]
  • Mais qu’est-ce ? (21/01/2016)
    Comment comprendre les choses et les êtres alors qu’on les découpe en un dehors plastique sans histoire et un dedans mécanique sans désir ?
  • Même pas mâle (20/01/2016)
    Ouf, un combat qui semble définitivement gagné : pharmacienne ne signifie plus épouse de pharmacien mais… docteur en pharmacie. À ce propos, je me demande bien comment on nomme le mari d’une nourrice, d’une fille au pair ou d’une femme de joie. [Je crois...
  • Désespère (19/01/2016)
    L’espoir, c’est le présent colonisé par le futur.
  • Un graines de courge, s’il vous plait (18/01/2016)
    Avec mon pain bio aux graines de courge, j’ai toujours droit à un joli sourire. Mes amis, ces abrutis, me répètent tous que ma boulangère (« ta » boulangère, insistent-ils, se croyant malins) sourit de la même façon à tous ses clients (tu entends, tous,...
  • Le match (17/01/2016)
    L’Angleterre, c’est David Bowie et le fish and chips ; la France, Michel Delpech et les huîtres sur écaille au vinaigre de framboise. Égalité.
  • Jean-Pierre Proust (16/01/2016)
    – Pourquoi préférez-vous écrire sur ordinateur ? – Avez-vous déjà essayé de jouer à Tetris sur votre crayon ?
  • Complétement artiste (15/01/2016)
    Si les philosophes fréquentent des artistes, c’est moins pour l’amour de l’art que pour se sentir relativement équilibrés.
  • C’est (14/01/2016)
    La nature nous apprend le sans pourquoi, l’être brut, sans espoir ni alibi.
  • Dessine-moi un poème (13/01/2016)
    Si j’étais riche ou puissant, je commanderais des poèmes sur mesure, comme on fait construire une maison à son goût ou couper un costume à sa taille. Des poèmes pour moi. Un poème pour l’hiver ou les nuits de pleine lune ; un grand poème confortable,...
  • Pour quoi ? (12/01/2016)
    Quand ils questionnent, certains esprits étanches ont déjà leurs réponses (ou leur réponse, plutôt, rejeton unique et dupliqué d’un cerveau infécond). La pensée est belle quand elle va, à l’insu.
  • Qu’as-tu perdu ? (11/01/2016)
    J’ai perdu mon honneur Donne-nous l’heure, alors Et j’ai perdu la vie Tant pis, donne ton avis Et puis j’ai perdu pied Eh bé ! donne-nous congé Et j’ai perdu le nord Trop fort, donne-leur tort Et j’ai perdu du poids Eh quoi ! donne-moi un toit Et j’ai...
  • Bien fait (10/01/2016)
    – Bon, conclut-il méthodiquement, ça, c’est fait. Et il mourut.
  • Suis très déchu (09/01/2016)
    Déchoir de sa nationalité ? Je vous préviens, outre d’interminables querelles juridico-politiques, des catastrophes grammaticales se préparent. Le verbe est défectif et d’usage fort délicat. (En passant, je note dans mon carnet à spirale, les rimes du...
  • Onto-logie (08/01/2016)
    Un mot, c’est une chose qui fait consensus.
  • Sélection (07/01/2016)
    Suis pour trier les déchets mais mélanger les genres.