C'est Peu Dire

  • : Les Restes du Banquet
  • : LA PHRASE DU JOUR. Une "minime" quotidienne, modestement absurde, délibérément aléatoire, conceptuellement festive. Depuis octobre 2007
  • Contact

Et Moi

  • ARNO
  • Philosophe inquiet, poète infidèle, chercheur en écritures. 55°3 E 21°5 S.

Un Reste À Retrouver

27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 03:28

Vivre éternellement ?

Euh, ça dépend à quel âge.

Partager cet article

26 octobre 2015 1 26 /10 /octobre /2015 03:46

La mode est à la boutique éphémère.

Pas sûr que cela dure.

Partager cet article

25 octobre 2015 7 25 /10 /octobre /2015 02:26

Écrire : noircir la page blanche ou éclairer la nuit noire ?

Partager cet article

24 octobre 2015 6 24 /10 /octobre /2015 02:21

– Mikado ?

– OK mais al dente alors.

Partager cet article

23 octobre 2015 5 23 /10 /octobre /2015 02:11

Pas d’histoire sans histoires ; pas d’histoires sans conjonctions de subordination.

L'histoire est affaire de style.

Partager cet article

22 octobre 2015 4 22 /10 /octobre /2015 02:36

Nous autres, rockeurs timides et bruyants, fillettes blondes et vertueuses, footballeurs imberbes, sauvageonnes infatigables, imbattables joueurs de billes, savons maintenant que nous sommes mortels.

Partager cet article

21 octobre 2015 3 21 /10 /octobre /2015 02:10

Nez à nez ?

Dos à dos ?

– Tête à queue.

Partager cet article

20 octobre 2015 2 20 /10 /octobre /2015 02:12

On doit certes louer leur goût de l’aventure mais quel manque d’imagination ! Pourquoi tous ces migrants ne font-ils pas plutôt astronaute ou œnologue ou, je ne sais pas moi, poète ou cascadeur, déontologiste, verbicruciste, bloggeur (bon, là, tout le monde n’a pas les qualités requises), tubiste, gestionnaire de patrimoine, lanceur d'alerte ou de marteau, sénateur (c’est bien ça, sénateur, comme métier) ?

Partager cet article

19 octobre 2015 1 19 /10 /octobre /2015 09:54

Le penseur fatigué s’assied au seuil de l’ombre et attend l’idée étrangère à l’accent neuf et matinal.

Partager cet article

18 octobre 2015 7 18 /10 /octobre /2015 02:11

Si j’étais Lui, je déplacerais Saint Pierre. Plutôt que de surveiller la frontière post mortem, il devrait garder la frontière ante partum et n’accueillir que ceux qui sont sincèrement d’accord pour s’intégrer et partager nos valeurs.

Partager cet article

17 octobre 2015 6 17 /10 /octobre /2015 02:13

Te pendre à son cou

Et prendre son pouls

Sois tendre ô sois tendre

Avec l’Époux le doux

Le rendre jaloux

Tendre l’autre joue

Sois tendre ô sois tendre

Avec l’Époux le fou

Attendre ses sous

Et l’étendre saoul

Sois tendre ô sois tendre

Avec l’Époux le mou

Détendre ses joujoux

Et vendre tes atouts

Sois tendre ô sois tendre

Avec l’Époux voyou

Défendre ton minou

Ton doudou ton troutrou

Sois tendre ô sois tendre

Avec l’Époux sans goût

Surprendre ton chouchou

Entendre ton toutou

Sois tendre ô sois tendre

Avec l’Époux matou

Épandre les bisous

Sur les bijoux partout

Sois tendre ô sois tendre

Avec l’Époux joujou

Partager cet article

16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 02:39

La littérature se tient tout entière dans l’écriture, lire – qui n’est ni immoral, ni illégal pour autant – n’a plus rien à voir.

Cela, les écrivains se gardent bien de le dire. Allez, on les comprend.

Partager cet article

15 octobre 2015 4 15 /10 /octobre /2015 02:23

L’âme réclame un horizon ; le pied, du sable ou du limon.

La main rêve aussi et sculpte bien.

Partager cet article

14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 02:25

Le drame du titulaire de la chaire des littératures médiévales au Collège de France c’est de ne pouvoir dire “putain fait chier” ou péter bruyamment qu’une fois seul dans sa voiture. Alors que vous et moi, à la plage ou dans le bus, nous pouvons bien, sans nous cacher, sans nous retenir, lire la Ballade de la grosse Margot ou le Dit du pet au vilain.

Partager cet article

13 octobre 2015 2 13 /10 /octobre /2015 02:41

On ne rature plus, on ne ratisse plus ; on souffle et on oublie.

Partager cet article

12 octobre 2015 1 12 /10 /octobre /2015 02:15

La communauté internationale s’indigne : Daech aurait tiré à balles réelles, des traces de poudre ont été retrouvées et des coups de fusil ont été entendus.

Partager cet article

11 octobre 2015 7 11 /10 /octobre /2015 02:45

Savoir, c’est souvent maîtriser mais ignorer, c’est aussi mépriser.

Partager cet article

10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 02:32

Le mot ou la chose, l’éternel débat.

Mais le mot sans la chose est sot et ensommeille quand la chose sans le mot est morose et déçoit.

Partager cet article

9 octobre 2015 5 09 /10 /octobre /2015 02:49

Le cœur ou le cerveau peut-être, les glandes et le gland sans doute, mais c’est la langue surtout l’organe des sentiments.

Partager cet article

8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 02:59

– On est toujours seul... du début à la fin... Quoi ?

– Euh, non, je n’ai rien dit.

Partager cet article

7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 02:55

La France est un pays – c’est épuisant de devoir le répéter – de race brune. Le blanc (pourvu d’une queue de petite taille) est originaire des régions arctiques ; l'ours noir vit surtout en Amérique du Nord (il a des petits yeux mais grimpe bien aux arbres) ; quant au panda géant noir et blanc (il est doté d’un sixième doigt appelé « faux pouce »), nul n’ignore qu’il vient d’Asie.

Ajoutons que l’ours brun est, en France, menacé d’extinction. Alors, on peut ouvrir les portes de nos zoos aux autres races mais sauvegardons d'abord nos ours de souche.

Partager cet article

6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 02:31

Un des rares avantages des supermarchés sur les sentiers de randonnée c’est que l’on ne s’y sent pas obligé, à en perdre le souffle, de saluer tous ceux que l’on croise.

Partager cet article

5 octobre 2015 1 05 /10 /octobre /2015 02:58

Les mots figent les pensées, bien sûr, et durcissent les sentiments qui ne sont que des ombres molles et fugaces.

Partager cet article

4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 02:04

Le désir de se distinguer est très largement partagé.

Partager cet article

3 octobre 2015 6 03 /10 /octobre /2015 02:02

L’angoisse du bipolaire, c’est quand vient la série des valses.

(Le slow à trois – plus rarement dansé il est vrai – le terrifie tout autant).

Partager cet article