C'est Peu Dire

  • : Les Restes du Banquet
  • : LA PHRASE DU JOUR. Une "minime" quotidienne, modestement absurde, délibérément aléatoire, conceptuellement festive. Depuis octobre 2007
  • Contact

Et Moi

  • ARNO
  • Philosophe inquiet, poète infidèle, chercheur en écritures. 55°3 E 21°5 S.

Un Reste À Retrouver

17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 03:35

Naître, bon, ça finit souvent par passer et ça laisse peu de mauvais souvenirs ; mourir, après tout, c’est très ordinaire, et on ne connaît pas de cas de réclamations.

Oui mais durer.

Partager cet article

16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 03:12

L’original n’est pas celui qui s’assoit sur son chapeau ni qui le mange ou lui parle, il est celui qui le porte autrement.

Partager cet article

15 novembre 2014 6 15 /11 /novembre /2014 03:34

– Vous êtes parfois énigmatique car trop laconique ; vous devriez développer un peu vos restes, ils seraient plus copieux et plus goûteux, si je puis me permettre de filer votre métaphore.

– Non.

Partager cet article

14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 03:46

J’ai toujours mis beaucoup d’application à découper les gâteaux en parts inégales, parce que la justice, me semble-t-il, n’a strictement rien à voir avec l’égalité.

Je ne sais si le message philosophique a été bien transmis ; à tout le moins, j’ai gardé la ligne et appris très tôt à apprécier les restes.

Partager cet article

13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 03:16

Ce qui est intéressant, c’est de s’intéresser à ce qui ne nous intéresse pas ; le contraire est de peu d’intérêt.

Partager cet article

12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 03:37

Bien décidé à lutter contre ce monde technique, froid et sans mémoire, plein d’écrans et de plastic, je décidai de repriser moi-même ma chaussette trouée.

Ayant oublié la procédure, j’interrogeai Google qui m’envoya sur YouTube visionner une courte vidéo très claire.

L’heure est à la résistance.

Partager cet article

11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 03:46

Les intermittents du spectacle ont du souci à se faire, les permanents de la politique sont vraiment drôles et très inspirés.

Partager cet article

10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 03:40

Et si le langage était justement l’inverse du pouvoir : non pas prendre la parole et s’imposer mais s’entendre et changer.

Partager cet article

9 novembre 2014 7 09 /11 /novembre /2014 03:05

– Dis donc, Dieu, je voulais te parler des hommes, ça ne va vraiment p...

– Ah non, Saint Pierre, on ne parle pas boulot le dimanche !

Partager cet article

8 novembre 2014 6 08 /11 /novembre /2014 08:55

Esprit riche

Mais corps en friche

Homme, tu triches.

Partager cet article

7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 03:20

Le problème des virus virtuels, c’est qu’ils sont réellement contagieux.

Partager cet article

6 novembre 2014 4 06 /11 /novembre /2014 03:48

Quel est le dernier livre que vous n’avez pas lu ?

Partager cet article

5 novembre 2014 3 05 /11 /novembre /2014 03:14

Qu'est-ce que j’peux faire ? j'sais pas quoi faire, se lamentait une éphémère qui commençait à trouver le temps long.

Partager cet article

4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 03:48

« C’est fini, je pars, je n'en peux plus. Je n’emporte qu’une gourde de Côte-Rôtie, le dernier Kundera et une pince à linge. Vous pouvez garder le reste ».

Et Dieu sortit, dégoûté, en claquant la porte.

Partager cet article

3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 03:31

La parole exige de nous une certaine surdité, une distance à soi, elle est le risque d’un sens qui s’échappe et ne rentre plus. Celui qui s’écoute parler retient ses mots, à peine lâchés, ils lui reviennent sans n’avoir rien touché ni rencontré personne.

Partager cet article

2 novembre 2014 7 02 /11 /novembre /2014 03:12

C’est comme le chocolat, le haïku

C’est dense, plein d’humour et fort en goût

On en veut toujours encore un bout.

Partager cet article

1 novembre 2014 6 01 /11 /novembre /2014 02:28

Je voudrais, par solidarité avec tous ceux qui ne le peuvent pour diverses bonnes ou mauvaises raisons (devoir de réserve, néo-parentalité, jansénisme aigu, manque de vocabulaire, peur de l’enfer), dire trou du cul, bite molle, va te faire enculer chez l'abbé, sac à foutre, je te pisse à la raie, mes couilles dans la main de ta sœur et pue du con.

Partager cet article

31 octobre 2014 5 31 /10 /octobre /2014 02:09

Solitude, ma belle, comme tu es volubile.

Partager cet article

30 octobre 2014 4 30 /10 /octobre /2014 02:48

1, 2, 3, à la fac c’est moi le roi

4, 5, 6, sauf quand c’est les exercices

7, 8, 10, ouais ben c’est pas un indice

11, 12, 13, j’m’en fous je plais à Thérèse

14, 15, 16, elle est belle et antillaise

17, 18, 19, elle m’appelle son Rutebeuf

20, 21, 22, c’est vrai qu’en rimes j’suis un dieu

23, 24, 25, cent vingt-cinq ornithorynques

26, 27, 28, c’est fini y’a pas de suite

Partager cet article

29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 02:42

Vis, que dis-je, brûle comme si chaque demi-siècle était ton dernier.

Partager cet article

28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 02:56

Vous êtes très charming avec ton cheveu grisant, me dit-elle.

Ah yes ?, lui répondis-je en rougeant.

Partager cet article

27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 02:37

Si tu le peux, panse-toi toi-même, crâna le doc.

Partager cet article

26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 02:02

Je l’emmène au cinoche

Et après une approche

Je lui roule une galoche.

Elle me file une taloche

Et me fait des reproches.

Elle a trop les pétoches

C’est vraiment rien qu’une mioche.

– Va donc voir la téloche

Mater les variétoches

Si tu me trouves très moche.

 

(C’est vraiment pas fastoche

De s’les mettre dans la poche

Quand on habite Bazoche.)

Partager cet article

25 octobre 2014 6 25 /10 /octobre /2014 03:35

Je cours sous la pluie

Tu pleures dans la cour

Il joue huit de cœur.

Partager cet article

24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 02:52

Inutile de nettoyer à grande eau ton passé, sors plutôt la poubelle.

Partager cet article