C'est Peu Dire

  • : Les Restes du Banquet
  • : LA PHRASE DU JOUR. Une "minime" quotidienne, modestement absurde, délibérément aléatoire, conceptuellement festive. Depuis octobre 2007
  • Contact

Et Moi

  • ARNO
  • Philosophe inquiet, poète infidèle, chercheur en écritures. 55°3 E 21°5 S.

Un Reste À Retrouver

30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 02:32

Le miroir est bavard

J’éteins et le fais taire

Le bruit vient du dedans

Partager cet article

29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 02:56

On compte en France 34 millions de porteurs de lunettes, un opticien pour 5000 habitants (soit un peu plus que les médecins ; notez en passant que ce chiffre cache mal ce qu’il faut appeler un « désert optical » – mais ce n’est pas mon sujet – et qu’il est plus judicieux d’être un myope urbain qu’un presbyte rural) et quelques génies de la lunetterie qui ont amassé une belle fortune.

Mais, voyez-vous, ce qui m’émeut le plus dans cette aventure industrielle, c’est de constater combien le corps humain était parfaitement adapté auxdits objets ; imaginez un peu la catastrophe économique si nous avions eu des têtes dépourvues d’oreilles ou dotées d’un nez plat. Toutes ces lunettes inutilisables, tous ces employés inemployables et ces génies du binocle sans le sou.

Et l’on voudrait nous faire accroire qu’Il n’existe pas !       

Partager cet article

28 septembre 2013 6 28 /09 /septembre /2013 02:29

On ne change pas le monde comme on change un bébé, avec une nouvelle couche qui sent l’enfance et la lavande.

Partager cet article

27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 02:36

La nostalgie est increvable et le vieux con, s’il change de costume avec le temps, reste le personnage principal de la tragédie humaine.

Partager cet article

26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 02:21

En France, au XXI siècle, on a encore une justice à deux vitesses seulement alors que le modèle de base de n’importe quelle marque de voiture en a cinq. Nous devrions porter plainte.

Partager cet article

25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 02:10

Quand je mène à bien une tâche ordinaire – par exemple planter un clou, droit, et sans me blesser – je suis souvent envahi d’une euphorie sourde et durable.

Une fois revenu, j’ai quelque difficulté à trancher : serait-ce la sérénité qui vient ou l’ambition qui manque ?

Partager cet article

24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 02:23

On attend des candidates à l’élection de Miss France qu’elles aient, en plus du reste, de l’esprit. Pourquoi ne demande-t-on pas aux prétendants à un prix littéraire de défiler en maillot de bain ?

Partager cet article

23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 02:52

En quoi les promesses de la fleur m’engageraient-elles, ergotait le fruit blet ?

Partager cet article

22 septembre 2013 7 22 /09 /septembre /2013 02:46

Vous ouvrez la porte :

  • pour entrer
  • pour sortir

[Choisissez une des deux réponses ; il n’y a pas de bonne réponse (les frileux petits-bourgeois et pot-au-feu sont les bienvenus sur ce blog qui ne juge pas (d’autant que sortir ne signifie pas toujours – si je puis me permettre un commentaire qui j’espère n’influencera pas votre réponse  – se perdre dans le grand Nord et rencontrer, par – 30°, un ours blanc affamé))]

Partager cet article

21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 02:30

« Médecine : les spécialités les mieux payées sont les plus prisées », titre le Figaro. Pas étonnant qu’il y ait autant de coiffeurs.

Partager cet article

20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 02:54

On tient compte parfois de circonstances atténuantes pour justifier la clémence d'une sanction ; le principe est légitime. On peut s’étonner de ne jamais faire appel à ce même principe dans le cas de victoires ou de succès. Ce ne serait pourtant que justice.

Exemple. Il a obtenu son doctorat en chimie avec mention très bien mais il a des circonstances atténuantes : son père est physicien et ne boit pas, sa mère est fortunée et ne se prostitue pas et son frère n’a jamais dealé qu’à Wall Street… on atténuera donc sa mention qui devient passable.

Partager cet article

19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 02:44

« Je n’aurais jamais dû attendre Orange pour te quitter, déjà à Valence ça n’allait plus » dit un jour A9 à A7. (Elle était restée pour A49).

Partager cet article

18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 02:28

Quelle incroyable chance (ou "malchance", l’aphorisme fonctionne aussi) ai-je d’être moi !

Tous ces millions de spermatozoïdes qui auraient pu doubler mon champion (ou "mon couillon").

Partager cet article

17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 02:19

La révolution, c’est comme le lait frais, c’est bon mais ça ne se conserve pas.

Partager cet article

16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 03:16

Bonjour,

Vous vous êtes sûrement déjà demandé – mi curieux mi fourbes (allez, on commence à se connaître) – qui, de vous ou moi, se lasserait d’abord.

Et tout aussi.

Vous vous êtes sûrement répondu – mi doctes mi crâneurs –  « mais lui bien sûr ! » (autrement dit moi).

C’est évidemment.

La réponse s’impose et ce, non parce que vous êtes plus fidèles ou mieux disposés, mais parce que vous êtes plus nombreux (un peu).

Sauf que.

Il me faut vous avouer une chose, j’héberge une troupe de personnages, hétéroclites et endurants qui, de surcroît, pratiquent une écriture sinon décroissante à tout le moins économe.

Or donc.

À demain.

Partager cet article

15 septembre 2013 7 15 /09 /septembre /2013 02:40

On s’en sortira quand la générosité sera intéressante (au sens où la corporate finance l’entend).

Partager cet article

14 septembre 2013 6 14 /09 /septembre /2013 02:30

C’est décidé, au prochain conseil de sécurité du collège, Marceline Lepéreux demandera que l’on impose à la 5ème 12 la signature du Traité de non-prolifération des lance-boulettes. (C’est sûr que son collègue Guillaume Debaugrin – avec qui elle a eu une courte relation extra-scolaire en 1969, et Dieu sait combien elle le regrette ! – mettra son veto).

Partager cet article

13 septembre 2013 5 13 /09 /septembre /2013 02:53

Les poètes, on l’aura noté, parlent moins d’évier, de diesel et de glaires que d’amour, de printemps et de larmes, non parce que c’est moins poétique mais parce que c’est plus difficile.

Partager cet article

12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 02:08

Ce n’est pas parce que l’on a renoncé à croire et espérer que l’on doit s’acharner à gérer et planifier.

Partager cet article

11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 02:31

Je tiens à signaler aux nombreux grimauds, pisse-copie, chieurs d’encre, folliculaires, plumitifs, écrivassiers, cacographes, bas-bleus, gâte-papier, compilateurs, barbouilleurs et autres scribouillards qui seraient tentés de me plagier que je ne porterai pas plainte.

De surcroît et nonobstant je veux les aviser qu’étant moi-même un détrousseur compulsif, il se pourrait trouver que, par contagion, ils le devinssent.

Je ne répondrais plus alors, cela va de soi, de rien.  

Partager cet article

10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 02:20

La mauvaise interprétation est celle qui dissuade d’en chercher d’autres.

Partager cet article

9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 02:37

On sait bien que la guerre est destruction ; on voit moins que la paix est construction, décision, invention – quelque chose comme une œuvre partagée.

Partager cet article

8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 09:28

Le survol est le point de vue préféré des paresseux, des dieux et des drones.

Partager cet article

7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 00:54

Là où les loups sont las

Le ça aussi se lasse

Et s’enlisent les sens

Et s’épuisent les masses

Sous des dessous d’édiles

Les sourds les vils s’élisent

C’est sûr les sous s’exilent

Le style c’est fou l’allure

Et ça censure ici

Et ça césure aussi

Et ça s’endort alors

Ça s’en ressent très fort

Ensuite

Ça suit son cours

Ça fuit

Jusqu’à la fin.

Partager cet article

6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 01:29

Il y a pénurie de manques.

Partager cet article