C'est Peu Dire

  • : Les Restes du Banquet
  • : LA PHRASE DU JOUR. Une "minime" quotidienne, modestement absurde, délibérément aléatoire, conceptuellement festive. Depuis octobre 2007
  • Contact

Et Moi

  • ARNO
  • Philosophe inquiet, poète infidèle, chercheur en écritures. 55°3 E 21°5 S.

Un Reste À Retrouver

1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 09:59

L’excès jamais ne comble le manque.

Partager cet article

28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 03:00

L’élève : Pourquoi ?

Le maître : Quoi ?

Le chat : On dit comment.

Partager cet article

27 février 2013 3 27 /02 /février /2013 12:06

Mes mots sont les éclats d’un être dont je ne suis que le rêve.

Partager cet article

26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 11:03

On se méprend sur l’individu à considérer ses yeux et non ce qu’il regarde, mais on se trompe aussi à estimer ses héros plus que ses outils.

Partager cet article

25 février 2013 1 25 /02 /février /2013 03:00

Que serai-je demain ? ces rêves sont engageants et ne sais quel choisir.

Aujourd’hui tu es là, les mûres sont colorées mais un peu courtes en bouche.

Il était beau hier, les filles aux nattes brunes croisées à la récré.

La vie est une leçon de conjugaison simple et complète si l’on sait éviter les temps circonflexes.

Partager cet article

24 février 2013 7 24 /02 /février /2013 03:00

Plus rien ne bouge quand tout s’agite, la répétition épargne les questions et le bruit maintient debout.

Tout passe et rien ne se passe plus.

Partager cet article

23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 03:00

Il faut savoir greffer une faim, ferrer une grive et gravir une Ève.

À l’inverse, savoir graver une FIV, férir un rêve ou gaver une fève n’est d’aucune utilité dans la vie.

Quant à grever l'ire d'une vague frigide, ça ne veut rien dire du tout !

Partager cet article

22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 12:24

Aux familiers du bruit, le sens paraît d’abord exotique puis clandestin et enfin importun.

Partager cet article

21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 21:01

La veille est-elle autre que le suspens provisoire et vain d’un essentiel sommeil ?

Partager cet article

20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 19:55

Nombre d’hommes, dit-on, ont le regard qui dérape quand ils conversent avec des femmes.

Il ne s’agit ni de contester ni d’excuser mais les femmes sont-elles certaines qu’elles continueraient de fixer les hommes dans le blanc des yeux si, par un caprice de la nature, ils portaient leur sexe autour du coup ou sur l’oreille ?

Partager cet article

19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 21:01

De quel bois est-il fait, poète, ton crayon, pour qu’il porte si loin de si lointains souvenirs.

Partager cet article

18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 20:17

La crainte d’une main vengeresse ne trouble plus nos nuits tranquillisées. Demain ne nous inquiète pas et c’est bien là le problème, on ne fait plus qu’attendre et compter.

Partager cet article

17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 10:00

La vertu n’est rien où la jouissance n’est pas.

Partager cet article

16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 10:56

Il faut, pour séduire, donner ce qui est attendu et l’affaire est conclue. Étonner, c’est autre chose, il faut insatisfaire.

Partager cet article

15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 03:00

« Too cool » aurait dit Héraclite dans un franglais approximatif lors de son premier (et dernier) séjour sur la Riviera sans que l’on sache s’il voulait dire « c’est trop froid pour se baigner » ou « c’est trop cool d’être ici, on s’ennuie à Éphèse ». Les traducteurs grecs, qui ne parlaient pas l’anglais, n’ont rien compris et ont opté pour panta rhei.

Partager cet article

14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 03:07

Souvent, les poèmes écrits la nuit gardent même en plein jour une obscurité hésitante.

Partager cet article

13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 03:00

La langue s’appauvrit, dit-on, je ne sais. Et ne sais pas non plus si l’on peut vérifier la chose.

Ce qui m’apparaît incontestable en revanche c’est qu’elle perd en odeurs : la langue ne sent plus très fort. Je n’entends plus de mots qui sentent le varech ou la tourbe, la Boyard maïs ou le patchouli.

Partager cet article

12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 03:00

Trop de livres

Et pas assez de mots

Les choses se taisent.

Partager cet article

11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 13:56

Allongé à l’ombre de l’infini, noyé dans de puissances théories, l’innocente piqûre d’une fourmi le rappelle à la présence.

Que ne suis-je pur esprit !, se met-il à rêver, ignorant donc qu’ils rêvent de courbatures, les esprits, de gifles et de brûlures.

Partager cet article

10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 16:14

Tire un mot, dit le poète à la jeune fille. « Fleur ». Trop facile, un autre. « Rétroprojecteur ». Trop difficile, un autre. « Shampoing aux œufs ». Trop moche, un autre. Y’en n’a plus.

Partager cet article

9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 22:57

Pas facile l’existence. On n’a pas de texte, pas de scénographe, pas de metteur en scène et jamais le temps de répéter.

C’est pour cela sans doute qu’on se fait rarement applaudir.

Partager cet article

8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 03:00

Le rêve est spectaculaire mais sans œuvre.

Partager cet article

7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 03:00

L’ignorance est le luxe du savant.

Partager cet article

6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 03:01

Ils sont mal tombés les Kevin, c’était l’année des K et leurs parents n’ont pas eu le choix.

Vous imaginez un Kamikaze Martin, un Kaira Robert ou un Kadhafi Dubois ? Et pourquoi pas Karaoké, Kebab, Khmer ou Klebs. Kriegspiel, c’est exotique mais imprononçable, quant à Kwashiorkor, c’est un prénom à vous faire un dyslexique. Kirikou sonne bien, mais c’est difficile à porter après 45 ans. Kleenex ou Ketchup ? n’ y pensez pas, c’est le procès assuré et ça ne fait pas nécessairement une bonne entrée dans la vie.

Que reste-il ? Kennedy ? ça porte la poisse. Kenya ? non, c’est un nom de pays ! (vous vous voyez avec un fils appelé Burkina Faso ou Mongolie intérieure !). Kerwann ? alors là, il faut aimer, sans vouloir ne vexer personne, ça fait quand même un peu biniou… Kléber ? oui c’est bien, mais qui se souvient du général ? les plus cultivés pensent à la place et les autres aux pneus. Klein ? c’est risqué, parce qu’avec des yeux marrons, c’est une faute de goût irréparable. Klorane ? ça c’est vraiment beau (évidemment c’est déjà pris, et par une marque de champoing antipelliculaire !). Quoi d’autre ? Karambar ? le drame c’est que tu perds tous tes copains le jour où ils apprennent que ton père est contrôleur de gestion et pas inventeur de bonbons. Ky ? c’est charmant et facile à écrire mais sujet à kyproquo (− Bonjour, qui est là ? − Oui − Non je demande qui ? − Ky ? ben c’est moi. − Qui moi ? − Non pas Moi, Ky…). Kalachnikov, King Kong ? ça peut servir dans la vie mais ça ne passe pas à l’état civil.

Vraiment il n’y avait pas d’autres possibilités pour les Kevin ; c’est quand même pas de chance parce que, à quelques semaines près, ils auraient pu s’appeler Jean ou Luc.

Partager cet article

5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 08:36

Un des rares bénéfices d’Alzheimer, c'est de pouvoir jouer seul au cadavre exquis.

Partager cet article