C'est Peu Dire

  • : Les Restes du Banquet
  • : LA PHRASE DU JOUR. Une "minime" quotidienne, modestement absurde, délibérément aléatoire, conceptuellement festive. Depuis octobre 2007
  • Contact

Et Moi

  • ARNO
  • Philosophe inquiet, poète infidèle, chercheur en écritures. 55°3 E 21°5 S.

Un Reste À Retrouver

28 octobre 2012 7 28 /10 /octobre /2012 02:00

− Parles-tu latin sans les mains, gros malin, toi qui te plains du prix du pain ?

− Et toi, vieux reste d’antan, pourquoi perds-tu ton temps quand l’été a passé à tester tous les thés dansants ?

− Mais, n’importe quoi, ça n’a rien à voir !

Partager cet article

27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 02:00

Le problème dans une révolution, ce sont les révolutionnaires ; comme les amants, fougueux et généreux, ils s’épuisent dans l’acte.

Partager cet article

26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 02:00

Le matin, je suis tout impatient et je voudrais, vite vite, que le soir arrive.

Et après on dira que je suis lent et paresseux !

Partager cet article

25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 02:01

Méprise ton corps, méfie-toi du réel et maîtrise la nature. Voilà qui résume assez bien notre morale traditionnelle. Attention au retour de bâton !

Partager cet article

24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 02:00

− Tu fais bien l’homme, dit Lion à Singe, on dirait un vrai.

− Oui mais il est de plus en plus difficile à singer. Avant il faisait le coq, j’y arrivais bien, maintenant il fait le veau, c’est plus dur.

− Ne te plains pas, il pourrait faire le concombre de mer. Ou, pire encore, le paille-en-queue !

− Euh non, ça il ne pourrait pas.

Et ils partirent dans une bonne poilade qui laissa indifférent le gardien, lassé de leurs incessantes facéties.

Partager cet article

23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 02:00

La nuit est joueuse quand elle vient et fascinante mais fête aussi les matins et ceux qui les portent.

Partager cet article

22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 02:00

On tourne en rond dans ce bocal et rien dehors. Si au moins des extraterrestres venaient changer l’air.

Partager cet article

21 octobre 2012 7 21 /10 /octobre /2012 02:00

Il y a les livres qui braillent, il y a ceux qui bâillent ; j’aime ceux qui vous baratinent puis vous laissent en plan.

Partager cet article

20 octobre 2012 6 20 /10 /octobre /2012 02:00

La terre se pencha sur le vide, hésita un instant puis renonça à sauter. Résignée, elle retourna tourner.

Partager cet article

19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 02:03

Il ne suffit pas de boire son Laurent-Perrier frappé et son lapsang brûlant pour être un extrémiste.

Partager cet article

18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 02:00

Faudra-t-il aussi se méfier des dictionnaires ? En cherchant, sans intention de nuire, un synonyme de ‘prendre soin’, j’ai trouvé ‘bitumer’ !

Partager cet article

17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 02:01

Il ne suffit pas de répondre merci quand on vous dit bonjour pour être un rebelle.

Partager cet article

16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 02:00

Minimaliste cohérent, il joggait en faisant trois tours sur lui-même, et sans échauffement. Seule la relaxation dérogeait à son éthique du long is wrong.

Partager cet article

15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 02:00

Et d’une main caresser l’horizon et de l’autre sculpter des terriers.

Partager cet article

14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 02:00

− Bonjour, vous cherchiez à me rencontrer, m’a-t-on dit. C’est à propos du dispositif de tut…

− Yeah. J’kiff ton brain, man, si t’es ok, j’taf avec.

− Oh la la ! je vous arrête tout de suite, je suis sinologue et − oserai-je une confession ? − je n’ai jamais ni compris ni goûté la langue de Shakespeare.

− Yeah, la même. Nique la Juliette et fuck son Rom.

− Mais que dit-il ? C’est inouï ces idiotismes, inédits ne sais mais sévèrement insanes.

− Waouh trop cool ton flow, Master Griot, prochaine battle tu déchires tout. Bon tu m’veux dans ton crew ?

− Comment vous dire ? Pour la tut…

− Ok man, c’est bon pour oime.

Partager cet article

13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 02:00

Ne sommes-nous pas en train de nous perdre dans un temps étranger, trop rapide et sans mémoire ?

Partager cet article

12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 02:00

Il est moustachu pour un Bourgogne

Elle est diplomate pour une bernique

Je suis filandreux pour un haïkiste

Partager cet article

11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 02:00

Débraillés ballonnés

Bâillonnés empaillés

Le monde en deux moitiés

Partager cet article

10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 02:00

Dogme : quand la pensée se repose et fait du gras pendant que l’intelligence s’impose et met au pas.

Partager cet article

9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 11:03

Sans se méfier, c’est un matin d’août qu’il entra dans la vie. Il fut vite saisi par l’ampleur de la tâche et le manque de moyens.

Partager cet article

8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 02:00

− Bonjour, vous avez quel âge ?

− Non mais ça va pas. Foutez-moi la paix !

− Excusez-moi, mademoiselle, t’énerve pas, c’est pour mon enquête.

− Ben justement, dégagez. Vous êtes sociologue ?

− Non, je crois pas. Juste que je voulais savoir.

− Bon alors ça va, j’ai 31 ans.

− Ah ! j’aurais pas dit ; vous faites plus âgée. Mais c’est pas grave, tu sais.

– C’est ça. Ben toi, c’est incroyable comme tu fais plus malin. Mais c’est pas grave non plus. Quoique, à ce niveau, si, ça commence à l’être…

Partager cet article

7 octobre 2012 7 07 /10 /octobre /2012 02:01

Douter, ce n’est pas renoncer à penser, pas même cesser d’affirmer, c’est mettre en congé l’intelligence.

Partager cet article

6 octobre 2012 6 06 /10 /octobre /2012 02:00

Tous ces dossiers, toutes ces chemises sur mon bureau, ces cahiers commencés, ces feuilles blanches déjà cornées, ces notes, notices, notules, tout ce courrier à classer et ces papiers à trier.

Si j’osais, je le dirais (que j’envie les sans-papiers) ; mais non, on ne peut pas rire de tout.

Partager cet article

5 octobre 2012 5 05 /10 /octobre /2012 17:58

Une loi mathématique doit certainement exister qui fixe très précisément le jour où tout diariste, ayant épuisé le lot limité de bons mots disponibles, commence à se répéter (d’abord il modulera, variera, puis résumera ou prolongera… mais un jour, inévitablement, il se répétera − à l’identique − c’est mathématique).

Eh bien je suis persuadé qu’on aura la surprise de constater que moins l’on écrit et plus on a de chance (il faudrait dire « de risque » − quoique en l’occurrence, il est des situations plus dangereuses, pénibles ou risquées) de se répéter tôt. Et inversement donc, que plus on écrit et moins l’on est menacé par la répétition qui n’est finalement qu’une modalité bruyante de la stérilité.

Bien, mais cela n’est à ce jour qu’une hypothèse. Laissons les mathématiciens chercher, quant à nous, tâchons d’enfanter aujourd’hui encore une minime inédite (ce qui n’a jamais été synonyme de belle, profonde ou édifiante). Très bonne lecture, nonobstant.

Partager cet article

4 octobre 2012 4 04 /10 /octobre /2012 02:00

Un jour, le dernier homme à savoir tailler un sifflet dans une branche de sureau mourra ; c’est triste.

Nul n’est remplaçable.

Partager cet article