C'est Peu Dire

  • : Les Restes du Banquet
  • : LA PHRASE DU JOUR. Une "minime" quotidienne, modestement absurde, délibérément aléatoire, conceptuellement festive. Depuis octobre 2007
  • Contact

Et Moi

  • ARNO
  • Philosophe inquiet, poète infidèle, chercheur en écritures. 55°3 E 21°5 S.

Un Reste À Retrouver

19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 02:02

Les ratures, nombreuses pourtant, ne cachaient pas toutes les fautes dont son visage − telle une dictée de cancre − était criblé.

Partager cet article

18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 02:33

On aime l’autre pour ce qu’il est, parfois. Le plus souvent, c’est pour ce qu’il nous fait être.

Partager cet article

17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 02:21

Je ferais un piètre négociateur : je n’ai jamais pu résister à un sourire en si mineur.

Partager cet article

16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 02:50

Névritude : névrosé je suis, névrosé je resterai.

Partager cet article

15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 02:26

Exercer le pouvoir suppose une certaine habileté, ne pas en abuser exige une sagesse certaine.

Partager cet article

14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 02:30

« L’Xstence précède l’Yssence », imposa l’xtentialiste debout à la tribune. « L’humanité se compose de plus de hordes que de gisants » osa un ositiviste impudent. Le débat sur la dentité commençait fort. Après quelques échanges courts entre un décaphoniste corsé et un postmarsiste lunaire, une bande de tructuralistes alliée pour l’occasion à quelques ristotéliciens séparatistes attaqua sauvagement la délégation des gendersudettes du grand nord vainement défendues par un pergsonien intuitif. Sentant que les échanges perdaient en pertinence argumentative et en densité conceptuelle, un patérialiste hystérique lança, non sans panache, un tonitruant « l’histoire des sociétés n’a été que l’histoire de mères cantatrices ». Le résident surveillé, ému quoique convaincu, leva la séance.

On se congratula et on alla beaucoup déjeuner.

Partager cet article

13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 02:01

Ego

Égoïste : celui qui ne pense pas à moi d’abord.

Partager cet article

12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 02:32

Le crépuscule du sens, la mort de l’art, la fin de l’histoire, le déclin des civilisations, l’automne de la vie, l’épuisement du désir, l’étiolement des liens, l’appauvrissement, l’asthénie, l’entropie, l’affadissement, la fanaison…

Bon, soyons positifs, il nous reste quelques hyperactifs, Atlas des temps modernes, qui sauront inverser le cours des choses.

Partager cet article

11 avril 2011 1 11 /04 /avril /2011 02:44

Je ne peux aimer sans me lacer, confessait Léopold (qui s’y connaissait en nœuds).

Partager cet article

10 avril 2011 7 10 /04 /avril /2011 02:33

Je dis non à l’omelette !

Non parce qu’elle ne va jamais, comme dit la sagesse populaire, sans quelques œufs cassés, mais parce qu’elle est une figure de l’échec du mélange, mélange mondialisé qui affadit et lisse, nie les timbres et les couleurs, arase et nivelle les manques et les excès.

Bon, cela étant, l’œuf miroir n’est pas exemplaire non plus en termes de mixité et de métissage.

Partager cet article

9 avril 2011 6 09 /04 /avril /2011 02:09

Le matin ne peux

Le midi ne veux

Le soir neuneu

Partager cet article

8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 08:10

Plutôt la vie d’une histoire que l’histoire d’une vie.

Partager cet article

7 avril 2011 4 07 /04 /avril /2011 02:45

Il est des matins amnésiques qui effacent leurs nuits colorées n’en conservant qu’un goût lointain et sans histoire.

Partager cet article

6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 02:51

Un peu de lenteur sans rime dans ces urbanités

Un peu de courbes sans code dans ces virilités

Un peu de sel sans fard dans ces sucreries.

Partager cet article

5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 02:38

Le hasard a goût de destin.

Partager cet article

4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 02:02

Bien sûr qu’un petit catéchisme du quotidien (ne te brosse pas les dents avant le petit déjeuner ; attache la clé de la voiture avec celle de la maison − ça te fera un gros trousseau malcommode, mais ça t’évitera quelques aller-retour ; ne prends pas les raviolis à midi si tu as ta chemise blanche ; ne range pas tes lunettes dans un endroit où tu ne saurais les voir sans… lunettes ; ne joue pas les héros le soir si tu n’as pas les moyens d’être convaincant…) serait fort utile et éviterait nombre de déconvenues qui savent vous ternir durablement une existence qui pourtant, en toute humilité, ne demande qu’à persévérer bourgeoisement dans son être − comme disait, à peu près, Spinoza qui, quoique qu’ignorant tout des raviolis, eu égard à ses origines, non pas italiennes ni portugaises mais, comme son nom ne l’indique pas, hollandaises, s’y connaissait drôlement en lunettes. Cela étant, concédons-le, ne font-ils pas le charme de la vie ces dysfonctionnements inopinés, ne nourrissent-ils pas les plus délicieux récits, une fois l’ouragan passé, ces accidents impondérables, ces trébuchements irrécupérables ?

Partager cet article

3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 12:20

Perdu monde. Merci déposer ici. Petite récompense.

Partager cet article

2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 02:02

Trop clair, l’ordre ; trop obscur, le code.

Et le sens, interdit, est assigné à insignifiance.

Partager cet article

1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 02:25

Masqué, il avance ; nu, il recule.

Partager cet article

31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 02:04

Un grain, une chair, une voix : l’œuvre n’est ni un message du dedans ni un appel du dehors.

Partager cet article

30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 02:09

Ne pleure le soleil ; ne mendie la lune.

Chante le feu et danse la paix.

Partager cet article

29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 02:12

Le bruit sinistre d’un petit matin rouillé.

Partager cet article

28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 22:59

Savais-tu que la braise folle perd son goût d’ailleurs mêlée aux bavardages ?

Tu le savais.

Savais-tu que la palissade ocrée ferme les errances scellée dans les repères ?

Tu le savais.

Savais-tu que les songes frissonnants taisent les ivresses remisés à leur place ?

Tu le savais.

Partager cet article

27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 04:05

C’est quand il est sale et dangereusement opaque qu’on le voit, seulement, le pare-brise.

Partager cet article

26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 03:04

L’avenir n’est pas devant nous, parce que ce n’est pas un espace, mais un souci.

Partager cet article