C'est Peu Dire

  • : Les Restes du Banquet
  • : LA PHRASE DU JOUR. Une "minime" quotidienne, modestement absurde, délibérément aléatoire, conceptuellement festive. Depuis octobre 2007
  • Contact

Et Moi

  • ARNO
  • Philosophe inquiet, poète infidèle, chercheur en écritures. 55°3 E 21°5 S.

Un Reste À Retrouver

17 janvier 2009 6 17 /01 /janvier /2009 03:02

- NAN. L'affamé l'aveu ni ire de l'eau meuuh !

- L.-G. Décidément ça ne va pas mieux. Que tu soies un parasite superfétatoire, passe encore, que tu joues au Grand Pourvoyeur de Leçons, admettons, mais pourquoi en rajouter avec l'absurdité, ça devient pitoyable.

- NAN. Parce qu'il faudrait que le non-sens ait du sens ?

Partager cet article

16 janvier 2009 5 16 /01 /janvier /2009 03:02

- Eh ! poussez pas derrière, grognent-ils, prédateurs usés mais déterminés à nuire jusqu'à l'aube.

- Oh ! chacun son tour, hurlent-ils, pressés de souiller eux aussi le plus tôt possible.

Partager cet article

11 janvier 2009 7 11 /01 /janvier /2009 03:53

- Quel inestimable progrès, nos modernes moyens de déplacement nous mènent très rapidement là où nous voulons aller, ce qui nous permet, une fois arrivés, mais seulement si nous le voulons - car nous sommes le peuple de la liberté - de repartir plus vite et de revenir plus tôt là où nous étions. Cela rendant possible, si nous le désirons - car nous sommes des êtres de désirs - un nouveau départ, avancé, ce qui - je fais court - autorise, si nous le souhaitons, car nous...

- Ça va, j'ai compris, espèce de kryptoliberticide. Reste-t-on donc assis, pauvre kyste sans ambition.

- Mais le séjour est-il sans mouvement et la présence sans avenir ?

Partager cet article

13 novembre 2008 4 13 /11 /novembre /2008 03:59

­­- Fuir ! là-bas fuir ! Je sens que des oiseaux sont ivres...

- Désolé, plus de place.  Plus rien à boire non plus.

- Mais je suis poète.

- Justement, les vôtres manquent de tout, ne les privez pas de rêves.


Partager cet article

29 septembre 2008 1 29 /09 /septembre /2008 02:21

- NAN (sans un mot, bruyant pourtant, sans un regard, sans un sourire, désireux néanmoins d’aboyer fort et de mordre profond) : …

- LOUIS-GONZAGUE (admirable métaphoricien s’il en fut, comparatiste averti) : Bravo ! tu es tout à fait en harmonie avec l’environnement, en ce lundi matin : pluie grise et sale, marteau piqueur cynique et pervers ; olfactivement tu aurais pu faire mieux, ton gel douche coco-vanille rend assez mal l’odeur très occidentalo-urbaine qui domine sur la ligne 7.

Partager cet article

19 juin 2008 4 19 /06 /juin /2008 02:41

Madame M. (fraîche et fruitée) : Bonjour monsieur Concept.
Monsieur C. (malicieux et gourmand) : Bonjour madame Métaphore.
Mme (en vers libre) : Madame va bien ?
M. (sceptique mais sans mysticisme) : Je ne sais pas, je suis célibataire et post-systématique. Et monsieur ?
Mme (admirablement néo-lyrique) : Il n’y a pas de monsieur, je suis néo-lyrique et libre-échangiste.
Le Voisin (paternaliste mais sans excès) : Pacsez-vous, vous mutualiserez vos ressources et paierez moins d’impôts.

Partager cet article

27 mai 2008 2 27 /05 /mai /2008 02:02

 

- LOUIS-GONZAGUE : (faussement inquiet, à la désinvolture sournoise et la sollicitude suspecte) Il y a des jours où je m’interroge, Nan, sur ta santé mentale…
- NAN : (malheureuse victime innocente du vicieux prédateur hypocrite, avec tendresse et ingénuité) Ça c’est plutôt une bonne nouvelle, tu t’interrogerais donc parf…
- LG : (vif comme un félin, habile comme un snipper, efficace comme un court-circuit, précis comme un revanchard) … mais rapidement j’ai la réponse : les psys sont formels on ne peut être fou et arrogant à la fois, débile et cynique. Tu es sain de corps et d’esprit, c’est ton âme qui pourrit.
- NAN : (pathétique et cohérent, excessif et complaisant) Tu as raison Elgé, mais est-ce ma faute à moi si seuls le malheur passionne et la bêtise fait rire ? Le bonheur des autres rend triste ou jaloux, leur intelligence fatigue, leur succès agacent, leur santé énerve.

 

Partager cet article

16 avril 2008 3 16 /04 /avril /2008 02:25

– NAN (se demandant encore, tout en buvant son café, pourquoi quelque chose il y a et non pas plutôt rien ?) : Tiens, Elgé, ! bonjour, où étais-tu ?
– LOUIS-GONZAGUE (à l’excitation périurbaine, remonté comme un tribun, habité comme un militant) : J’étais dans le monde, moi, la vraie vie, les vrais gens, les vrais mots. Ton blog c’est l’artifice pur, le virtuel frileux, la démission des bavards oiseux au ventre plein ; tu as beau t’inventer des interlocuteurs, c’est le désert, tu n’y es pas même seul, tu n’y es rien, un non-être dans un non-monde, juste une illusion électronique, pas de visage, pas de regard, pas de voix, pas de mains. Tu n’existes pas, je n’existe pas.
– NAN (se demandant s’il n’était pas déjà un peu tard pour boire du café) : Oui, tu as raison, en un sens, tiens, bois ton non-café, il va être froid.

Partager cet article

29 mars 2008 6 29 /03 /mars /2008 03:52

- LOUIS-GONZAGUE (parménidien par son père, héraclitéen d'adoption, témoignant d’une amicale inquiétude ontologique) : finalement Nan, qui ES-tu in fine ?

- NAN (conscient du caractère eschatologique de l’enjeu, persuadé qu’on ne saurait, sans dommage, différer encore l’interrogation principielle) : la question mérite d’être posée, et je te sais gré, Elgé, de le faire, d’autant que depuis Platon à peu près, elle a été occultée.

Partager cet article

25 février 2008 1 25 /02 /février /2008 06:03

 LOUIS-GONZAGUE (un projet de sourire quasi imperceptible au coin des yeux pouvant laisser croire qu’il médite) : Dis donc Monsieur le poëte, tu as pensé à remplir ta déclaration de revenus ?

– NAN (pris en traître, un peu avant l’heure d’être zen et bien après celle d’être cool) : Humour minable, inculture barbare, indigence pitoyable ?, j'hésite, tu es chétif et optionnel.

– L.-G. (étanche, persévérant dans son généreux amour désintéressé de l’homme) : Ni l’un ni l’autre, je te provoque, c’est une technique qui vient d’Orient, c’est pour te faire gagner en sérénité, en abnégation, en magnanimité, en force tranquille et en quiétude forte.

– NAN (décidément peu amène en ce beau lundi matin) : ne touche pas à ma bassesse molle, oublie mon étroitesse fébrile, et puisque tu te piques de prendre soin de nos âmes, va plutôt acheter le disque du chant des cachalots joyeux après le coït, écoute le, ça détend et rend meilleur, c’est écrit sur la pochette.

Partager cet article

21 décembre 2007 5 21 /12 /décembre /2007 06:09

- Eux (animés d’une toute chrétienne volonté d’encourager doublée d’une sollicitude bien charitable) : ça n’a pas toujours beaucoup de sens, ce que vous écrivez, pour autant, c’est parfois assez joli, il arrive même que cela soit un peu amusant. Il faut poursuivre. Si, si, sincèrement.
- Nan (encore plein de l’écho troublant de la Critique de la raison pure qu’il venait de lire in extenso pour la troisième fois) : la pluie toujours descend et jamais ne monte ; la poule toujours pond l’œuf et l’œuf jamais ne tond la p’louse.
- Eux (hésitant entre la pitié désabusée et la colère aigrie) : c’est vraiment n’importe quoi ! Vous y pensez , vous, à tous ces enfants qui meurent de faim, pendant ce temps.
- Nan (minimalement) : la faim n’est pas le début.
- Eux (péremptoires, sans appel, mais manquant d’inspiration) : …

Partager cet article

7 décembre 2007 5 07 /12 /décembre /2007 06:10

– X. (à la dépression sudorale et la sudation cafardeuse) : le beurre pue la transpiration, le monde est moite et rance et ma vie dégorge sa nauséabonde lassitude. J’espère que ma sœur va appeler.
– Y. (s’étonnant de cet inédit désir de chaleur familiale) : je croyais que vous étiez en froid.
– X. (à l'opportunisme glacial) : justement.

Partager cet article

14 novembre 2007 3 14 /11 /novembre /2007 08:22
- Eux (insensibles à la force secrète du tout-petit et aveugles à l'ampleur inassignable du presque-rien) : un peu court vot' truc...
- Moi (illuminé par une sérénité mature discrètement patinée d'un élégant agacement) : certes, et néanmoins surdimmentionné au regard de votre néant de commentaire.

Partager cet article

30 octobre 2007 2 30 /10 /octobre /2007 06:33
NAN, (lyrique et habité) : c'est agaçant de devoir renoncer à passer incognito. J'aurais aimé pouvoir signer mes articles - c'eût été élégant et coquin - en verlan.
LOUIS-GONZAGUE, (jaloux, encore moins célèbre et intellectuellement déserté) : toute façon ç'aurait servi à rien, t'es pas cognito.
NAN, (perplexe, in petto et avec profondeur) : ainsi donc un inconnu ne saurait passer incognito !

Partager cet article