C'est Peu Dire

  • : Les Restes du Banquet
  • : LA PHRASE DU JOUR. Une "minime" quotidienne, modestement absurde, délibérément aléatoire, conceptuellement festive. Depuis octobre 2007
  • Contact

Et Moi

  • ARNO
  • Philosophe inquiet, poète infidèle, chercheur en écritures. 55°3 E 21°5 S.

Un Reste À Retrouver

25 juin 2013 2 25 /06 /juin /2013 10:23

Parfois je me dis (hier par exemple, je me suis levé tard puis j’ai paressé un peu et flâné beaucoup ensuite pour finalement me coucher assez tôt) que s’attaquer à ma biographie risque d’être une entreprise aisée mais peu exaltante.

Cela étant, la chose n’est, à ce jour, pas prévue.

Partager cet article

24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 20:11

La nuit − et l’avouer m’embarrasse − je suis irrésistible ; touchant mais brillant, élégant mais sensible, facétieux, tendre et tellement différent ; à mon corps défendant − le nier serait mentir − je séduis, je transporte, j’éblouis, pour le dire simplement. Le matin, je me réveille.

Partager cet article

2 novembre 2012 5 02 /11 /novembre /2012 07:54

Le temps fraude et je ferme les yeux.

Partager cet article

26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 02:00

Le matin, je suis tout impatient et je voudrais, vite vite, que le soir arrive.

Et après on dira que je suis lent et paresseux !

Partager cet article

9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 11:03

Sans se méfier, c’est un matin d’août qu’il entra dans la vie. Il fut vite saisi par l’ampleur de la tâche et le manque de moyens.

Partager cet article

1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 02:05

J’aime les livres qui font lever les yeux et les sentiers qui font baisser la tête.

Partager cet article

21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 02:53

Je suis un imposteur.

Il fallait que j’avoue, c’est mon côté honnête.

Partager cet article

25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 03:53

Borgne, non pas aveugle.

Et me manque, non la moitié du monde, mais sa profondeur, son goût, sa musique.

Partager cet article

8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 11:07

J’aime mâchouiller ces mots étrangers qui sentent fort et brûlent un peu la langue.

Partager cet article

22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 03:30

J’habite un sursis.

J’ai un peu décoré.

C’est précaire mais pas insalubre.

Partager cet article

13 juillet 2009 1 13 /07 /juillet /2009 02:41

Ma vie, en clair-obscur, sauce aigre-douce.

Partager cet article

6 juillet 2009 1 06 /07 /juillet /2009 02:17

J'ai l'imagination fertile et la pensée féconde.

Le prix à payer : les idées grouillent mais la durée de leur séjour dans l'esprit est toujours très courte.

Partager cet article

28 juin 2009 7 28 /06 /juin /2009 02:07

À l'ombre d'un whisky glace, je me remets d'une journée poisseuse et sans visibilité, en fourrant des olives vertes de cacahouètes salées.

Partager cet article

27 mai 2009 3 27 /05 /mai /2009 02:07

Je vais acheter une île déserte, perdue dans l'océan, invisible à l'œil nu. J'y exilerai mes fantômes et changerai mon numéro de téléphone.

Partager cet article

20 mai 2009 3 20 /05 /mai /2009 02:49

Plutôt instable ce garçon.

Haïku rustique le lundi, apophtegme pataphysique le mardi, coquecigrue écologique le mercredi, néologie humanologique le jeudi, spéculation dadaïque le vendredi, anathème herméneutique le samedi.

Et pourquoi pas hippisme météorologique le dimanche ?

Partager cet article

30 mars 2009 1 30 /03 /mars /2009 11:52

Hier, je n'ai rien écrit.

Non que je n'avais rien à dire, c'était même plutôt le contraire.

un peu comme quand la marée s'inverse quand elle reprend sa respiration dans le suspens du temps le silence du monde livres d'images et visages blancs

un peu comme l'aube qui contient tout mais n'annonce rien innocence du départ sans naissance

un peu comme quand la marée s'inverse et se gonfle inexorablement lentement dans la bascule du sens.

Partager cet article

27 mars 2009 5 27 /03 /mars /2009 03:04

La vie est un théâtre.

Mon strapontin se refermerait si je me levais. Je n'ai de toute façon pas envie d'applaudir.

Partager cet article

26 mars 2009 4 26 /03 /mars /2009 09:09

La vie comme un agenda.

Ses dates à entourer ses pages à arracher

Partager cet article

9 janvier 2009 5 09 /01 /janvier /2009 03:18

Je ne m'attache pas aux choses, c'est vrai, en fait, ce sont elles surtout qui n'attachent pas.

Ni les mains qui les ont données, ni les sourires, ni les lieux qui les ont vu naître, ni les détours, ni les rejets.

Lisses et muettes, les choses, et amnésiques pour la plupart.

Partager cet article

9 novembre 2008 7 09 /11 /novembre /2008 03:03

Les jeunes envient et ânonnent ; les vieux regrettent et médisent ; les autres consomment et communiquent.

Moi, je classe.

Partager cet article

25 août 2008 1 25 /08 /août /2008 02:41

Elles sont attendrissantes, d’abord, les adorables petites maladresses de celui que l’on apprend à aimer. Elles font sourire encore un peu, un jour ou deux, ces incongruités. Elles deviennent vite exaspérantes comme autant d’inaptitudes rédhibitoires.

Partager cet article

3 juin 2008 2 03 /06 /juin /2008 02:42

Suis sensible comme une 3200 ASA.
Me suis encore pris une bonne volée d’émotions en pleine figure. Ai l’âme complètement décoiffée.

Partager cet article

27 avril 2008 7 27 /04 /avril /2008 02:43

Vif et lumineux quand la nuit s’impose à tous ; sombre et mou quand le matin ordonne le tout.
Il faut toujours que tu te fasses remarquer.

Partager cet article

16 mars 2008 7 16 /03 /mars /2008 04:09

Ces langues qui se bousculent en moi, aux accents si différents – mathème germain, poème latin, gauloiseries absurdes, chinoiseries subtiles.
Polyglotte hospitalier, hypocrite opportuniste, bavard apatride, je m’interroge ?

Partager cet article

14 février 2008 4 14 /02 /février /2008 06:18

Je suis un provincial, un périphérique, un frontalier, j’aime les seuils et les lisières et les retraits ou les passages. Mauvais géographe, désorienté congénital, je transgresse et délire et me perds le plus souvent possible, ici quand je devrais être là, en minuscules quand on attend les formes, j’applaudis l’instable qui sait éviter le piège et le confort de l’identité, je ris avec l’impudent qui exhibe - quelle honte ! - nos fondements indécents, je salue le nomade, fidèle à ce qui vient, qui écrit léger et gaspille ses pensées, et j’admire les héros, fragiles et inquiets, toujours en avance sur leurs certitudes, qui évident et invitent, et ouvrent et appellent.

Partager cet article