C'est Peu Dire

  • : Les Restes du Banquet
  • : LA PHRASE DU JOUR. Une "minime" quotidienne, modestement absurde, délibérément aléatoire, conceptuellement festive. Depuis octobre 2007
  • Contact

Et Moi

  • ARNO
  • Philosophe inquiet, poète infidèle, chercheur en écritures. 55°3 E 21°5 S.

Un Reste À Retrouver

19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 16:06

La philosophie n’explique pas le monde, elle en éclaire l’obscurité.

Partager cet article

15 juin 2013 6 15 /06 /juin /2013 14:30

Les généralisations sont toutes (sauf une) abusives.

Partager cet article

12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 02:00

Il est une pensée hors sol qui produit des concepts sans défaut ni goût.

Partager cet article

31 mai 2013 5 31 /05 /mai /2013 11:23

Les choses, singulières et chatoyantes, seraient prises dans les grossiers filets des langues et livrées à l’usage commun.

Il est plus probable que les langues, vivantes et maillées, délivrent les choses du bruit insensé et les offrent en partage.

Partager cet article

22 mai 2013 3 22 /05 /mai /2013 02:00

Il est des regards perspicaces, quand l’œil aiguisé transperce et passe sans obstacle. D’autres sont plus lents, ronds et sinueux, pleins d’égards et d’abandon, ils se mêlent et s’emmêlent oubliant même s’ils sont l’œil ou le sujet, le poème ou le pays.

Partager cet article

19 mai 2013 7 19 /05 /mai /2013 02:00

Le silence des nuits et la lenteur des absences.

Voilà ce qui manque aujourd’hui : le délié de l’existence.

Partager cet article

11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 11:43

Difficile de construire sur le terrain étroit de la présence souvent coincée entre l’envie et le regret.

Partager cet article

28 avril 2013 7 28 /04 /avril /2013 19:04

Le doute ressemble au renoncement pareseux, et c’est regrettable car cela masque l’énergie qu’il requiert pour accueillir le multiple et en préserver le divers.

Partager cet article

25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 02:00

La mort n’a rien d’une conclusion mais n’est sans doute pas une introduction non plus, pas même des points de suspension comme dans une copie inachevée.

D'ailleurs, et quoique certains s’appliquent plus que d’autres, la vie n’est pas une rédaction.

Partager cet article

3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 12:22

D’un côté le pouvoir et l’arrogance, de l’autre le manque et la convoitise.

Entre les deux, la voie très étroite du contentement qui exige avant tout des qualités de fil-de-fériste.

Partager cet article

31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 04:00

L’erreur de l’individualisme est de confondre dépendance et lien (qui, il est vrai, ont un air de famille).

Partager cet article

14 mars 2013 4 14 /03 /mars /2013 03:00

Changer de voiture et oublier suffisent pour recommencer à zéro.

Pour commencer, il faut marcher et rêver − c’est plus difficile.

Partager cet article

26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 11:03

On se méprend sur l’individu à considérer ses yeux et non ce qu’il regarde, mais on se trompe aussi à estimer ses héros plus que ses outils.

Partager cet article

21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 21:01

La veille est-elle autre que le suspens provisoire et vain d’un essentiel sommeil ?

Partager cet article

20 janvier 2013 7 20 /01 /janvier /2013 21:17

Le moi profond et authentique, c’est un peu comme les clés de la voiture, on les cherche au fond du sac et elles sont posées là sur la table.

Partager cet article

14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 08:32

− Et que caches-tu encore dans ta besace trouée, grand savant ?

− Bien des choses, petit poète. Des idées, des traités, de gros livres complets sur presque tous les secrets de la terre et du ciel.

− Et le caillou sur le chemin et la main de l’ami et la confiture sur le pain et la cabane dans la forêt et le goût du baiser la nuit et le bruit sourd des matins et le désir qui fait trembler et la douleur derrière le cou et le sel sur la mangue verte et les rires offerts à l’horizon ?

− Non, pas ça. Chaque chose à sa place, le caillou sur le chemin, la douleur derrière le cou…

− … et l’idée dans la besace.

Partager cet article

4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 12:15

Déconstruire, raccorder, déboulonner, resserrer, vidanger, alimenter, distribuer… la philosophie doit beaucoup à la plomberie. Serait-elle une canalisation de la pensée ?

Partager cet article

21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 03:00

− Je n’existe pas.

− Évidemment. Et moi, je ne te parle pas.

− Je ne parle pas, je ne pleure pas, je ne plaisante pas.

− C'est vrai ça, tu n’es pas très drôle.

− Je n’est pas drôle, juste un jeu utile.

− Tu veux dire je ne suis…

− Non. Et tu ne veut rien dire non plus. Tu ne veut pas, ne veut rien.

− Je ne te comprends pas !

− Mais si, je comprend te et tu comprend je.

− Bien sûr. Ben moi préférer orthographe à métaphysique.

− Eh oui, les règles, les accords et chacun à sa place, c’est plus rassurant.

Partager cet article

25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 02:01

Méprise ton corps, méfie-toi du réel et maîtrise la nature. Voilà qui résume assez bien notre morale traditionnelle. Attention au retour de bâton !

Partager cet article

13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 02:00

Ne sommes-nous pas en train de nous perdre dans un temps étranger, trop rapide et sans mémoire ?

Partager cet article

29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 02:00

Pour une métaphysique à mains nues.

Et travailler les idées comme une glaise grasse et charnelle.

Partager cet article

13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 02:00

La cicatrice, plus encore que la trace, a l’audace de la vie renouvelée dans le silence montant de la blessure.

Partager cet article

7 septembre 2012 5 07 /09 /septembre /2012 02:00

Le monde n’est pas une malle à choses et à êtres, c’est un texte.

Regarder, c’est lire à voix basse.

Partager cet article

11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 02:00

Va-t-on enfin renoncer à vouloir tout prévoir et cesser de confondre renoncement et démission, accueil et résignation ?

Partager cet article

27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 03:24

Tout ne se vaut pas, certes, mais tout vaut d’être considéré, car il serait bien plus dommageable d’ignorer ce qui méritait estime que de louer ce qui ne valait pas la peine.

Partager cet article