C'est Peu Dire

  • : Les Restes du Banquet
  • : LA PHRASE DU JOUR. Une "minime" quotidienne, modestement absurde, délibérément aléatoire, conceptuellement festive. Depuis octobre 2007
  • Contact

Et Moi

  • ARNO
  • Philosophe inquiet, poète infidèle, chercheur en écritures. 55°3 E 21°5 S.

Un Reste À Retrouver

24 janvier 2017 2 24 /01 /janvier /2017 03:16

Si je venais, par quelque hasard, à me croiser dans la rue, il est peu probable que je me remarquerais.

Partager cet article

23 janvier 2017 1 23 /01 /janvier /2017 03:27

Avec toi, chaque seconde est une éternité divine, mon merveilleux magicien du temps, tu me dis.

Et avec toi, chaque instant brille comme un diamant, comme un soleil qui veille à vie, je te dis.

Oui mais il est six heures moins dix, dit le réveil discipliné, et aujourd’hui, c’est lundi.

Partager cet article

22 janvier 2017 7 22 /01 /janvier /2017 03:04

Casser les genres, brouiller les pistes, refuser les formats et surtout, ne pas se laisser enfermer dans des boîtes.

Mais pourquoi veulent-ils tous la même chose ?

Partager cet article

21 janvier 2017 6 21 /01 /janvier /2017 03:43

Il tirait le diable par la queue quand une idée lui passa par la tête, dorénavant, il traiterait par-dessus l’épaule tout ce qui lui sortait par les trous de nez, il prendrait le taureau par les cornes, attraperait le destin par le chignon du cou, comme disent les Québécois et, même si c’était complètement tiré par les cheveux, cesserait de se laisser mener par le bout du nez.

Partager cet article

18 janvier 2017 3 18 /01 /janvier /2017 03:31

Indigne-toi, soit, mais pas assis, la bouche pleine.

Partager cet article

17 janvier 2017 2 17 /01 /janvier /2017 03:03

Lui : À vous !

Vous : Qui ça, moi ?

Lui : Oh non, pas lui !

Moi : Non pas toi, lui.

Vous : Ouais ben, vous n’êtes pas clair.

Moi : C’est pourtant facile, lui c’est lui et toi tais-t…

Lui : Bon, ça va, n’en rajoute pas.

Vous : Merci, un peu de considération.

Lui : Donc, à vous. Vous, pas vous.

Moi : Pas toi.

Vous : Ça va, j’ai compris.

Toi : Euh, moi ?

Vous : Ben oui, toi, si c’est pas moi, c’est toi ?

Toi : Mais pourquoi pas lui ?

Moi : Moi ? Ah non mais tu n’y es pas, moi je ne suis pas acteur. J’écris.

Vous : Et oui, attention, auteur… Mort de rire !

Moi : Ouais ben, t’es bien content de jouer mes textes !

Vous : J’ai un fils à nourrir.

Lui : Bon, ça suffit vous deux.

Toi : Et lui, c’est… ?

Lui : Moi ?

Toi : Oui vous.

Lui : …?

Vous : Je me marre !

Moi : Mais lui, c’est mon metteur en scène. Il est très connu. Allez, à toi !

Lui : (à Toi) Oui à vous. (À Moi) Et tu l’as trouvé où lui ?

Moi : (à Lui) C’est un remplaçant, j’ai eu un problème avec Elle.

Vous : Euh… Elle a eu un problème avec Moi, si je puis me permettre.

Moi : Ah bon, avec toi aussi ?

Toi : Ah ça non, moi je n’ai pas eu de problème avec elle, vu que je ne la connais même pas.

Moi : Oh non, pas lui.

Lui : Quoi pas moi ?

Moi : (à Lui) Non, pas toi, lui.

Lui : Ça manque de didascalies, je m’y perds un peu.

Toi : Alors là on est d’accord.

Vous : Moi, ton texte est un chef d’œuvre !

Moi : Merci. Il se pourrait d’ailleurs que tu aies deux rôles à jouer, ça t’irait ?

Toi : Mais quel texte ?

Moi (à Lui) : Bon, on va faire sans lui.

Toi : Ah bon, sans lui, mais il est très connu.

Lui : (à Moi) Je crois que c’est mieux, oui. (à Vous) : Bon, à vous.

Toi : Ah ça commence.

Moi (à Toi) : Non, pour toi c’est fini. (à Vous) : Allez, à toi.

Lui : À vous !

Vous (très professionnel) : Qui ça, moi ?

Partager cet article

15 janvier 2017 7 15 /01 /janvier /2017 03:43

Et le tartare d’algues, rappelait-il aussi tante Léonie à Proust ? Personne n’en parle jamais.

Partager cet article

14 janvier 2017 6 14 /01 /janvier /2017 03:40

Il avait plusieurs cordes à son arc : archer le jour, la nuit, il était harpiste.

Partager cet article

13 janvier 2017 5 13 /01 /janvier /2017 03:04

Un bon candidat aujourd’hui doit râler, contester, dénoncer, s’indigner ; il gagne alors les voix des râleurs, des contestataires, des dénonciateurs et des indignés.

Bien, mais c’est ensuite que cela se complique car lesdits râleurs, contestataires, dénonciateurs et indignés le restent.

Partager cet article

11 janvier 2017 3 11 /01 /janvier /2017 03:34

*

D’une

Main fatale

Il compte sa fortune

Et de l’autre (main) ses pétales

Le poète studieux et amoureux des quinconces

La forme est rebelle mais jamais il n’y renonce

Les voix de faux livres brochés

Ne bloqueront pas

De cet écorché

Le pas

*

Comm. Ce n’est pas un quinconce, c’est un losange.

            Rép. Oui mais il n’est pas géomètre, il est poète

Comm. Ah bon, c’est de la poésie, ça ?

            Rép. On s’en fiche, c’est beau, j’aime bien « la forme est rebelle ».

Comm. Question : « quinconces » c’est un nom de code ?

            Rép. On s’en fiche, tu es frustré ou quoi ?

            Rép. N’importe quoi. Si tu en parles, c’est que c'est toi qui as un problème.

Mod. Merci à tous, l'article est dorénavant fermé aux commentaires.

Partager cet article

11 janvier 2017 3 11 /01 /janvier /2017 03:24

et si le flamboyant en fleur te tend la branche alors rougis, souris et improvise un petit pas de danse

Partager cet article

10 janvier 2017 2 10 /01 /janvier /2017 03:11

Je rigole en pensant à la vie qu’aurait eue mon Grand-Père si la taille des oreilles avait été une indication sûre et proportionnelle de la taille du pénis.

(Sur la validité de cette équation à une inconnue, j’ai le regret de vous faire savoir que je n’ai aucune information fiable, ce n’est que pure conjecture. En revanche, et même si ce n’est qu’une observation non conclusive, j’ai le sentiment que nos oreilles ont perdu plusieurs centimètres en deux ou trois générations.)

Partager cet article

9 janvier 2017 1 09 /01 /janvier /2017 03:47

J’ai mes hivers et j’ai mes étés, mes déserts et mes oasis, au-dedans aussi.

Partager cet article

8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 03:00

Ils me font rire ces « héros » du Vendée Globe qui s’effarouchent devant des creux de quelques mètres. Je vais les emmener faire quelques courses en montagne, ils comprendront ce que prendre de la hauteur veut dire !

Partager cet article

7 janvier 2017 6 07 /01 /janvier /2017 03:13

Des mots mais pas beaucoup

Ça ne vaut pas un clou

– C’est mieux Sumitaku

Partager cet article

6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 03:36

Tu n’es pas dans le vrai monde, tentait d’expliquer Minou au poisson rouge qui faisait semblant de ne pas l’entendre, n’ayant aucune envie de le rejoindre sur le canapé.

Partager cet article

5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 03:15

Désolée mais je ne crois pas aux amitiés mâle femelle, dit la gazelle au lion qui lui proposait une sortie savane entre potes.

Partager cet article

4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 10:20

Économie vient d’un joli mot grec, oikos. L’oikos, c’était bien plus que la maison, c’était la porte en bois et son crochet de métal mais aussi les enfants qui se chamaillent et font aboyer le chien et puis les pierres dans le champ dont on fera un petit mur, le pèlerin qui vient se restaurer entre deux chemins, quoi d’autre ?, les baies qui murissent à la fin de l’été, le voisin solitaire qui ne parle qu’à sa vache, ça a été tout cela pendant longtemps, l’oikos, et les bruits terribles que rapportent les vents d’hiver, les couleurs du printemps qui effacent les chagrins, les femmes et les filles qui chantent quand vient la pluie, l’odeur du pain d’orge, des figues et des olives.

Et si l’on redonnait à l’économie l’odeur de la pluie et le goût des olives ?

Partager cet article

3 janvier 2017 2 03 /01 /janvier /2017 03:44

C’est la main, l’organe de la vue, je veux dire la main du poète.

Partager cet article

2 janvier 2017 1 02 /01 /janvier /2017 03:21

Que nous souhaiter de plus, nous les repus, les nantis, les rupins ?

Partager cet article