C'est Peu Dire

  • : Les Restes du Banquet
  • : LA PHRASE DU JOUR. Une "minime" quotidienne, modestement absurde, délibérément aléatoire, conceptuellement festive. Depuis octobre 2007
  • Contact

Et Moi

  • ARNO
  • Philosophe inquiet, poète infidèle, chercheur en écritures. 55°3 E 21°5 S.

Un Reste À Retrouver

21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 03:41

Et si tu perds au tennis, n’accuse pas le filet d’être plus haut de ton côté.

Partager cet article

20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 03:40

Je sais

tu sens

tu cèdes

je serre

je cesse

tu sauves

tu songes

je sape.

Partager cet article

19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 03:31

Une sœur à sec qui suce les sels et sème ses cils [sic], c’est sale, certes, mais bon sang quelle scène !

Partager cet article

18 février 2012 6 18 /02 /février /2012 03:18

Un sot qui suit le vent et sent la pluie, c’est sûr, ça sert à rien !

Partager cet article

17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 11:17

Un sage qui singe un sourd qui joue au singe, au secours, ça sent la fin !

Partager cet article

16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 03:09

Au lieu de dire ‘mauvaises herbes’, dites ‘nature en folie’, voire ‘fantaisie féconde’, alors vous verrez, votre jardin ne sera plus le même.

Partager cet article

15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 16:10

Il y avait chez lui comme une profonde inaptitude à l’imprévisible, et toujours, il cherchait à résorber l’aléa, annexer l’avenir et sécuriser l’impondérable.

Partager cet article

14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 22:38

Tous les voleurs ne s’envolent pas.

Tous les violeurs ne s’avisent pas.

Toutes les valeurs ne s’avalent pas.

Partager cet article

13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 18:24

Le « bon sauvage » n’est ni bon ni sauvage. Juste une belle image.

Partager cet article

12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 03:39

La vie n’a rien d’une sympathique partie de ping-pong en 21 points.

Partager cet article

11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 03:01

Le saut périlleux porte assez bien son nom ; ce n’est pas une raison pour commencer peureusement par le demi.

Partager cet article

10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 12:16

Les humains aujourd’hui ne sont pas plus perspicaces et moins solidaires, me semble-t-il, ou moins attentionnés et plus efficaces. Sont-ils mieux soignés mais moins cultivés − on le dit − moins élégants mais plus raffinés ? Voire. Ils seraient décomplexés, lucides et déniaisés ! Je ne sais.

Ils sont assurément plus nombreux.

Partager cet article

9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 10:25

Qui singe un sage en rage ira en cage. Dommage.

Partager cet article

8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 16:57

La passion pour la météo atteste une nostalgie de la fatalité : l’âge heureux où l’on n’était finalement ni responsable ni coupable.

Partager cet article

7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 14:44

J’ai habité l’été dernier une idée large et bien ventée.      

J’y ai trouvé au marché bio un compliment sans prétention.

Je vais planter au fond du bois un chant soyeux qui aime l’ombre.

Partager cet article

6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 11:49

Civilisation, c’est comme Chang, Martin, Lopez ou Smith, si tu ne donnes pas le prénom, on ne sait pas qui c’est.

Partager cet article

5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 03:15

Urnes en berne
Brunes en grève

Trêve du rêve
.

Partager cet article

4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 03:59

J’aime les noisettes fraîches et les framboises congelées mais je ne suis ni pseudo-cognitiviste, ni arabo-nippon, quoique respectueux des diversités respectueuses, je suis pour un neutralisme centriste, j’ignore tout des causes de la guerre de Crimée et ne calcule pas de tête les logarithmes, en revanche j’ai dix-sept cousines à la mode de Bretagne, fort accortes pour certaines, et quelques cousins aussi je crois, l’accord du participe passé des verbes pronominaux employés avec l’auxiliaire avoir, même si je n’en tire aucune gloire, n’a aucun secret de famille pour moi, pour autant, soulever le capot de ma 406 revient, à peu de petites choses près, à découvrir un portulan chiffonné saturé de terrae incognitae hostiles et graisseuses, je ne vous cacherai pas que la plus-value éthique et la responsabilité sociétale de votre entreprise m’échappent encore à ce jour, mais je puis, Madame la Directrice des ressources humaines, vous assurer, et ma servilité zélée vous le confirmera, que vendre des pièces détachées d’engins de chantier est, depuis ma toute première enfance, un désir brûlant et demeurera, vous agréerait-il, une passion saine et opportune.

Partager cet article

3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 03:51

La définition est une élucubration précoce.

Partager cet article

2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 10:20

Oser une éthique du repassage, une métaphysique de l’appendicite, une épistémologie de la vidange, une ontologie de la biscotte et une sociogenèse de l’essuie-glace.
Abandonner l’être, l’identité, le mal et Dieu aux pubertaires arrogants et aux retraités fugueurs.

Partager cet article

1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 03:03

− Mais arrêtez de me suivre comme ça, espèce de demeuré.
− Ah, mais, euh… excusez-moi, je ne vous suivais pas, j’allais seulem…
− Et pourquoi vous me regardez fixement ?
− Ah non, alors là non, je ne vous regardais pas, c’est juste que vous m…
− Et regardez moi, bon sang, quand vous me parlez ?
− Mais je vous regarde…
− Taisez-vous, vous mentez ! Vous entendez, taisez-vous !
− …
− Évidemment, vous n’avez rien à dire !

Partager cet article

31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 07:09

Accueillir ce qui vient, abriter ce qui fut et fonder ce qui est : l’architecture n’est pas un petit chantier.

Partager cet article

30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 11:14

On est moins le fils de son père que celui de son époque.

Partager cet article

29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 15:27

Un tartuffe sommeille en tout croyant. Prions à voix basse.

Partager cet article

28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 03:22

Forcer sur la forme quand le fond semble faible et accélérer le pas quand on ne sait plus où l’on va. Surtout ne pas cracher, ne pas mordre, ne pas bramer et chercher le lieu ad hoc même pour la petite commission.

Partager cet article