C'est Peu Dire

  • : Les Restes du Banquet
  • : LA PHRASE DU JOUR. Une "minime" quotidienne, modestement absurde, délibérément aléatoire, conceptuellement festive. Depuis octobre 2007
  • Contact

Et Moi

  • ARNO
  • Philosophe inquiet, poète infidèle, chercheur en écritures. 55°3 E 21°5 S.

Un Reste À Retrouver

28 mars 2015 6 28 /03 /mars /2015 03:43

Prends toujours un peu d’avance sur tes pieds mais n’oublie pas ton ombre.

Partager cet article

27 mars 2015 5 27 /03 /mars /2015 03:35

Le temps des mais est fini, il faut vous dire oui maintenant.

Partager cet article

26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 03:20

– Désolé, ton tofu, tu te le gardes. Si on nous a donné des dents, c’est pas pour brouter.

– OK gros malin et tes pieds, on te les a donnés pour les poser sur la table basse pendant que tu regardes Mentalist ?

Partager cet article

25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 03:30

Elle roule bien

Ta boîte de nuit

Mais pue du pot.

Partager cet article

24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 03:17

Si tu dois être terre à terre, sois-le subtilement, le cœur ouvert au vent de la vie et si tu veux planer, que ce soit au ras des pâquerettes, des marguerites et des coquelicots sauvages.

Partager cet article

23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 03:26

Il faut de l’imagination et de l’audace pour commencer, de la passion et du souffle pour continuer, de la lucidité et de la générosité pour finir.

Partager cet article

22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 03:09

Hier soir, c’était théâtre.

Nous avons dû être particulièrement bons car nous avons été ovationnés par… les acteurs qui ont manifestement apprécié le public.

[J’ai été bien inspiré de porter ma nouvelle chemise vichy rouge – il est probable que cela ait joué en notre faveur.]

Partager cet article

21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 03:19

Comme l’éclipse fait resplendir ce qu’elle cache dans un feu noir, la mort d’un proche fait résonner qui elle tait dans un vacarme silencieux.

Partager cet article

20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 03:12

Afin de passer pour un dieu, il niait toute trace d’humanité en lui et prétendait être éternel, omniscient, infiniment bon et miséricordieux. Comment diable avait-il pu oublier la barbe qui trahissait, sans doute aucun, sa nature très homme ?

Partager cet article

19 mars 2015 4 19 /03 /mars /2015 03:01

Nous avons tous nos failles, nos anfractuosités, nos fractures, nos fissures, nos fêlures, nos brèches.

Et c’est cela qui donne de la profondeur et du relief.

Partager cet article

18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 03:25

Tout aussi seul que les autres mais bien plus fin qu’eux, il s’inventait, non des amis lumineux qui lui auraient fait de l’ombre mais de sombres ennemis qui le rendaient éblouissant, par contraste.

Partager cet article

17 mars 2015 2 17 /03 /mars /2015 03:34

Chaque époque a ses mots, et ses idées peut-être ; aujourd’hui, c’est le faire-ensemble. On doit vivre ensemble, construire ensemble, agir ensemble…

Allez, encore un effort et on va finir par coucher ensemble.

Partager cet article

16 mars 2015 1 16 /03 /mars /2015 03:01

L’amour, ce redoutable mariage de latitude et de vigilance, de confiance et de sollicitude.

Partager cet article

15 mars 2015 7 15 /03 /mars /2015 03:42

Ces œuvres d’art sublimes et généreuses prennent davantage de force encore sur le fond absurde et dérisoire de l’histoire humaine.

Partager cet article

14 mars 2015 6 14 /03 /mars /2015 03:27

L’enfance n’est pas faite pour durer, doit-on pour autant la raturer et ne plus jamais mettre ses doigts dans le nez ?

Partager cet article

13 mars 2015 5 13 /03 /mars /2015 03:06

Il n’est pas bon que HOM soit seul, alors On l’endormit et créa FAM, pour lui, à partir de ses côtes. Mais HOM n’était toujours pas satisfait de FAM, alors il l’endormit et créa FAM+ à partir de ses cotes – qu’il doubla ici et réduisit là.

Partager cet article

12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 03:59

Le mot maux ne se soigne pas.

Partager cet article

11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 03:42

Les décisions prises assis manquent souvent de souffle.

Partager cet article

10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 03:52

Si je tire la langue, tu me crèves le cœur.

Si tu parles du nez, je te fais du genou.

Si je tends la joue, tu me tiens à l’œil.

Si tu rentres le ventre, je te prends la tête.

Si je pique du nez, tu me tires dans le dos.

Si tu croises les jambes, je tourne de l’œil.

Si je dresse l’oreille, tu ouvres les bras.

Si tu prends mon pied, je te donne la main.

Partager cet article

9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 03:22

Le monde est un théâtre et les êtres humains, des acteurs.

– Bon alors, le metteur en scène va être un peu en retard, il est pris dans les embouteillages. En attendant, revoyez vos textes.

– Euh, on n’a pas de textes.

– Ah oui, c’est vrai, l’auteur est mort prématurément dans un accident de voiture. Alors, essayez les costumes.

– Les costumes ? Mais il n’y a pas de costumes.

– Mince, j’oubliais, la costumière est partie avec la femme du régisseur. Eh bien allez à la rencontre du public, voilà, c’est bien ça.

– Le public ? Mais le public n’est pas encore là.

– Quoi ? Les embouteillages, sans doute. Bon ben, continuez à faire comme d’habitude…

– … oui ?

– Faites n’importe quoi.

Partager cet article

8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 03:42

Si Dieu existait, croirait-il en l’homme ?

Partager cet article

7 mars 2015 6 07 /03 /mars /2015 03:10

Quand on lui parla d’hypocondrie, il comprit que cette maladie-là était plus grave que les autres.

Il en mourut.

Partager cet article

6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 03:49

Rien n’est définitif.

Certaines illusions, il est vrai, font preuve d’une admirable longévité.

Partager cet article

5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 03:32

La philosophie aussi a ses fanatiques. L’absurde et la crème brûlée nous en préservent.

Partager cet article

4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 03:05

Déjà complétement ivre

Ce papillon de nuit

Et il n’est pas midi.

Partager cet article