C'est Peu Dire

  • : Les Restes du Banquet
  • : LA PHRASE DU JOUR. Une "minime" quotidienne, modestement absurde, délibérément aléatoire, conceptuellement festive. Depuis octobre 2007
  • Contact

Et Moi

  • ARNO
  • Philosophe inquiet, poète infidèle, chercheur en écritures. 55°3 E 21°5 S.

Un Reste À Retrouver

24 août 2017 4 24 /08 /août /2017 02:04

« Comme chaque matin, Pierre, jeune nonagénaire, s’extasiait : « Fichtre, un nouveau jour, encore ! ». En ce jeudi d’août, il enfila son imperméable usé et partit, à son rythme, pour sa promenade quotidienne. »

Pierre est un des personnages dont je viens de déposer le brevet. S’il venait à intéresser un romancier, je serais prêt à lui céder pour un prix raisonnable.

J’ajouterai que si le quotidien de Pierre peut paraître fade, on pourra aisément lui inventer un passé éblouissant.

Partager cet article

23 août 2017 3 23 /08 /août /2017 07:56

Ce sont ces hésitations qui me le rendent attendrissant. Après s’être acharné à dresser tout ce qui pouvait l’entourer, femmes, enfants, étrangers, animaux…, voilà que l’homme ne parle plus que de partage, d’écoute et de respect.

Allez, un petit effort et il se mettra à apprendre à miauler et à jouer à la tique.

Partager cet article

22 août 2017 2 22 /08 /août /2017 09:45

Il me semble entendre parler d’« âme » de plus en plus souvent.

Attendons qu’un chirurgien ou un radiologue tombe dessus et la décrive ; il est à craindre d’y trouver, comme dans l’estomac d’un requin, un ensemble hétéroclite et peu original de tout ce qui traîne dans l'océan pollué de la communication (affiches 4 par 3, clips, livres de développement personnel...).

Quant au moi profond, face à l’afflux massif de ces nouveaux arrivants, il a dû probablement migrer – s’il a survécu.

Partager cet article

21 août 2017 1 21 /08 /août /2017 02:00

« Sans modèle, l’existence » a peut-être écrit dans un ouvrage perdu un penseur inconnu.

Partager cet article

20 août 2017 7 20 /08 /août /2017 02:54

Le génie du système tient en ce que les manipulateurs sont eux aussi manipulés.

Partager cet article

18 août 2017 5 18 /08 /août /2017 02:52

Ils étaient longs souvent les dimanches et aujourd’hui encore les jeudis après-midi sont interminables, sans parler de la lecture des livres de Murakami ou des courses en montagne qui commencent avant l'aube et se terminent tard le soir.

C’est pour cela que je ne m’explique pas comment ça a pu passer si vite, cette existence !

Partager cet article

18 août 2017 5 18 /08 /août /2017 02:07

Moi : Hé, toi !

Toi : Moi ?

Moi : Non, j’ai dit toi.

Toi : Comment ça, toi ?

Moi : Ben quoi, t’es pas toi ?

Toi : Si. Enfin…

Moi : Ouais je vois, tu sais même pas. Toi, t’es toi, pas moi.

Toi : Heu… c’est moi ou t’es pas net.

Moi : Quoi, tu le fais exprès, c’est toi, pas moi.

Toi : Ah non, moi je vais très bien ; toi, c’est peut-être pas grave mais ça disrupte bien.

Moi : Bon ben j’insiste pas, nous, ça l’fait pas.

Partager cet article

17 août 2017 4 17 /08 /août /2017 07:52

Bien sûr, ces pieds que je vois sous le bureau, ces mains, ce ventre sont les miens, pourtant j’ai l’impression qu'ils ne sont pas moi, que je suis ailleurs, que je suis situé plutôt quelque part derrière mes yeux. Je, je veux dire moi, mon moi serait-il plus derrière mes yeux que dans mes pieds ? Je, le je que je suis, est-il quelque chose susceptible d'être quelque part ? Et mon dos, cette terre inconnue, n'est-il autre chose qu'un territoire quasi autonome et râleur mais finalement délaissé ? Ce jacobinisme organique m'agace et j'aimerais, quand je pense, perçois ou sens, être aussi en périphérie, loin des yeux, loin du cerveau, dans mes pieds par exemple. Je rêve d'une autre géopolitique des corps, comme un régionalisme des organes et des membres.

 

Partager cet article

16 août 2017 3 16 /08 /août /2017 02:49

Ne confondons pas vivre et exister, sermonna le philosophe qui, par souci de cohérence, cessa de boire, dormir et respirer.

Partager cet article

15 août 2017 2 15 /08 /août /2017 02:38

Allez, sors de ta zone d’inconfort, dit la mouette à la bernique.

Partager cet article

14 août 2017 1 14 /08 /août /2017 02:51

Le résumé, la lecture digeste d’une réalité allégée.

Partager cet article

13 août 2017 7 13 /08 /août /2017 02:23

Finalement, quelque chose nous rapproche, Neymar et nous, auteurs de restes. Non pas le salaire, ni le tee-shirt floqué à notre nom mais le dribble, l’art de la feinte : nous faisons mine d’emmener le lecteur à droite et pfiit, nous passons à gauche.

Bon, il est vrai que nous ne marquons pas toujours et que dans les tribunes les lecteurs sont clairsemés mais nous savons aussi que nous en faisons sourire un ou deux, alors le match est gagné.

Partager cet article

12 août 2017 6 12 /08 /août /2017 02:29

Elle était nue

Il a tout vu

Elle lui a plu

Il l’a voulue

Il est têtu

Il s’est battu

Elle est émue

Il les a eus

L’a convaincue

Elle s’est rendue

Il est élu

Roi des goulus

Partager cet article

11 août 2017 5 11 /08 /août /2017 02:38

La vie déborde.

Partager cet article

10 août 2017 4 10 /08 /août /2017 02:46

Moi qui ne savais pas comment financer mes vacances, je vais aller revendre, quelque part entre la rue d’Ulm et la rue Victor Cousin, des tee-shirts floqués au nom de Guillaume de Machaut, Lucien de Samosate ou Rutebeuf (avec le numéro 10), ils doivent bien avoir leurs fans eux aussi.

Partager cet article

9 août 2017 3 09 /08 /août /2017 02:12

PSG

Difficile, en ce mois d’août 2017, de ne pas s’intéresser à l’affaire Neymar, tout le monde en parle. Je décide donc d’y regarder de plus près. J’apprends que ce footballeur aurait été acheté 222 millions d’euros par le PSG – quoi, 222 millions ! Puis je lis qu’il toucherait un salaire mensuel de deux à trois millions –  euh… attendez, vous êtes sûr. Je cherche encore et j’entends dire que des supporteurs auraient fait la queue des heures espérant acheter un maillot portant son nom à 140 euros – allez, là vraiment j’ai du mal à le croire. Ce n’est pas tout, on me rapporte que la tour Eiffel se serait mise aux couleurs du PSG pour fêter ça.

Bon, ça va, j’ai compris. On ne la fait pas à un vieux lecteur de Sextus Empiricus et du Club des cinq : cette histoire est un canular. Un canular assez bien monté, je dois dire et j’ai failli me faire avoir, mais quand même le coup des supporteurs qui font la queue pour un tee-shirt au nom de leur joueur préféré, là non, la ficelle était trop grosse.

Partager cet article

8 août 2017 2 08 /08 /août /2017 02:37

Je n’arrive plus à me souvenir de la personne dont j’avais oublié le nom.

Partager cet article

7 août 2017 1 07 /08 /août /2017 02:20

Les animaux sont plus solidaires que les humains, les animaux ne tuent que pour manger, eux, les animaux respectent leur territoire, ils sont plus ceci, plus cela…

Stop, ça suffit l’anthropo-bashing. Qu’ils viennent tous, le panda, l’aigle royal, la taupe des villes et la belette, qu’ils viennent un peu se mesurer à moi à la crapette. On verra qui est plus et qui est moins.

Partager cet article

6 août 2017 7 06 /08 /août /2017 02:34

Le bonheur n’est pas simple et résiste un peu, le malheur non et nombreux sont ceux qui le font céder sans forcer.

Partager cet article

5 août 2017 6 05 /08 /août /2017 02:49

Les vieux consomment peu, soit parce qu’ils ont gagné en sagesse, soit parce qu’ils possèdent beaucoup.

Partager cet article

4 août 2017 5 04 /08 /août /2017 02:25

L’ennui est un poison de luxe.

Partager cet article

3 août 2017 4 03 /08 /août /2017 02:33

À s’interroger toujours, on devient fou ; à être certain de tout, aussi. Folie douce et folie brute.

Partager cet article

2 août 2017 3 02 /08 /août /2017 02:53

Je comprends bien pourquoi les charcutiers (prenez monsieur Robert par exemple) n’ont pas le même physique que les footballeurs professionnels (et vice versa) mais je ne vois pas pourquoi les chirurgiens ne ressemblent jamais à des charcutiers. D’ailleurs vérifiez par vous-mêmes, vous n’aimeriez pas être opéré par un homme qui ressemble à un charcutier et vous n’achèteriez pas non plus du salami à un charcutier à tête de chirurgien.

Le mystère reste entier. Il se peut que l’on nous cache quelque chose.

Partager cet article

1 août 2017 2 01 /08 /août /2017 02:35

Le chemin nous invente

Quand la voie nous charpente.

Il déroute, le haïku

Partager cet article

31 juillet 2017 1 31 /07 /juillet /2017 02:33

Promets ni n’espère, le futur est avare ; oublie et abandonne, le passé aliène ; passe et absente-toi, le présent est indigent. Cherche le bon temps.

Partager cet article